Cyclone Michaung wreaks havoc in Southern India

Cyclone Michaung wreaks havoc in Southern India as it intensifies into a severe storm. Warmer oceans are the primary reason for the storm which is closely linked to Arctic Sea ice... READ MORE

Confirmed: 2023 set to be the warmest year on record

The WMO provisional State of the Global Climate report confirms that 2023 is set to be the warmest year on record, regardless of the final two months of... READ MORE

Colossal Antarctic iceberg, five times larger than New York City, breaks free and drifts away from region

On November 24th, scientists from the Bristish Antarctic Survey (BAS) were astonished to observe an iceberg measuring around 4,000 square kilometers (more than twice the size of Greater London) drifting away from the... READ MORE

World surpasses critical warming threshold for the first time

On November 17th, global temperatures reached 2.07°C above pre-industrial levels for the first time on record.... READ MORE

Unexpected disintegration of ice shelves in North Greenland

Alarm bells ringing as rapid disintegration and weakening of ice shelves in North Greenland is observed!... READ MORE

COUNTDOWN

CO2 Budget Depletion

Climate crisis in Senegal

POLAR
INSIGHTS.

Les impacts du changement climatique sur un pays vulnérable au climat comme le Sénégal peuvent être profondément dévastateurs dans différents secteurs. L'agriculture et le secteur des services, ce dernier étant le principal moteur de la croissance du PIB entre 2014 et 2018, sont des secteurs de premier plan dans le pays. Ces industries sont exceptionnellement sensibles aux impacts liés au climat, étant donné leur vulnérabilité aux conditions météorologiques extrêmes et aux chocs climatiques liés à la fonte de l'Arctique.

The impacts of climate change on a climate-vulnerable country like Senegal can be profoundly devastating across various sectors. Agriculture and the service industry, the latter being the primary driver of GDP growth between 2014 and 2018, are leading sectors in Senegal. These industries are exceptionally sensitive to climate-related impacts, given their vulnerability to extreme weather conditions and climate shocks linked to Arctic melting.

ODDS SUR LA GLACE FINE: RÉCHAUFFEMENT ARCTIQUE ET CRISE CLIMATIQUE EN SÉNÉGAL

Introduction   

Les impacts du changement climatique sur un pays vulnérable au climat comme le Sénégal peuvent être profondément dévastateurs dans différents secteurs. L’agriculture et le secteur des services, ce dernier étant le principal moteur de la croissance du PIB entre 2014 et 2018, sont des secteurs de premier plan dans le pays. Ces industries sont exceptionnellement sensibles aux impacts liés au climat, étant donné leur vulnérabilité aux conditions météorologiques extrêmes et aux chocs climatiques liés à la fonte de l’Arctique.   

La Banque Mondiale indique que le Sénégal est confronté à une série de vulnérabilités liées au changement climatique, notamment la sécheresse, les invasions de criquets, les inondations et les épidémies qui en découlent, l’élévation du niveau de la mer, l’érosion côtière et les incendies de forêt. Chacune de ces catastrophes environnementales pourrait constituer une menace importante pour la poursuite du développement économique, sociale et civique du Sénégal. Cependant, lorsque ces changements environnementaux convergent, ils présentent un ensemble de défis pour le bien-être et les moyens de subsistance de la population sénégalaise, ainsi que pour sa capacité à s’adapter à un paysage en mutation rapide.        

Lors d’une réunion de haut niveau sur les données pour le développement en Afrique en juin 2017, le Sénégal s’est engagé à lancer une série d’initiatives ambitieuses et inclusives qui rapprocheraient le pays de la réalisation de ses Objectifs de développement durable (ODD). Malgré une vision claire de la réalisation d’un avenir positif pour ses citoyens, le Sénégal a été confronté à un large éventail de défis, dont beaucoup sont liés aux impacts du changement climatique. Actuellement classé 121e sur 166 dans l’indice des ODD, le Sénégal n’est pas en mesure d’atteindre ses ODD d’ici à 2030. L’ODD 2 (faim zéro), l’ODD 3 (bonne santé et bien-être) et l’ODD 6 (eau propre et assainissement), entre autres, posent encore des défis majeurs. 

 

Unsplash

 

Le lien entre les changements dans l’Arctique et les progrès du Sénégal en matière d’objectifs de développement durable  

L’Arctique, avec sa vaste couverture de glace et de neige, joue un rôle essentiel dans la régulation du climat de la Terre en réfléchissant la lumière du soleil et en contribuant à maintenir la température de la planète. Cependant, la fonte accélérée de l’Arctique augmente la présence de surfaces plus sombres qui absorbent davantage la lumière du soleil sous forme de chaleur. Ce phénomène contribue à son tour à l’augmentation des températures moyennes mondiales et a entraîné un réchauffement de l’Arctique quatre fois plus rapide que la moyenne mondiale au cours des dernières décennies. Ce déséquilibre dans le réchauffement perturbe les schémas de circulation atmosphérique, qui reposent sur les différences de température, et peut entraîner des températures et des précipitations extrêmes dans des régions éloignées, y compris celles qui affectent la sécurité alimentaire au Sénégal.  

Les conséquences potentielles de la perte de la glace de mer et de la couverture de neige de l’Arctique sont importantes et pourraient accélérer le réchauffement de la planète de 25 à 40%. Sur les seize points de basculement du climat, neuf sont situés dans les régions polaires, et cinq d’entre eux s’approchent d’un point de basculement critique. Bien que les changements dans l’Arctique ne soient pas la seule cause des changements climatiques au Sénégal, des facteurs tels que l’absorption accrue d’énergie solaire due à la fonte de la glace arctique et l’altération des courants-jets due à des taux de réchauffement variables ont des répercussions considérables sur les schémas météorologiques du pays. 

La crise climatique amplifiée par la fonte de l’Arctique : Un risque socio-économique pour le Sénégal   

Les catastrophes climatiques au Sénégal, y compris la sécheresse, l’élévation du niveau de la mer, les inondations et les feux de forêt, ont des impacts primaires sur la réalisation d’ODD spécifiques, mais il est également essentiel de considérer comment ces impacts peuvent avoir des effets d’entraînement sur d’autres ODD tels que l’ODD 4, l’éducation de qualité. L’investissement dans des domaines clés tels que les infrastructures et la fourniture de services essentiels, y compris la santé et l’éducation, la fourniture d’énergie et une gouvernance efficace, sont des priorités évidentes pour l’agenda des ODD. Toutefois, si l’on ne s’attaque pas à la toile de fond plus large des impacts du changement climatique et à leurs liens avec la fonte de l’Arctique, l’escalade des variations météorologiques et des catastrophes environnementales demeurera un défi de taille, susceptible de saper une grande partie du travail et des investissements réalisés en vue de la réalisation des ODD par le Sénégal.   

La capitale, Dakar, étant située sur la côte atlantique, le Sénégal est très vulnérable aux effets de l’élévation du niveau de la mer, un phénomène largement dû à la fonte des calottes glaciaires de l’Arctique et de l’Antarctique. Les scientifiques ont confirmé que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland contribuera à une élévation du niveau de la mer d’au moins 27 cm, quelles que soient les mesures prises pour lutter contre le changement climatique.   

 

Unsplash

 

Entre 1954 et 2002, le littoral sénégalais a reculé en moyenne de 2,2 mètres par an, pour atteindre trois mètres par an entre 2014 et 2018. L’élévation du niveau de la mer accroît la vulnérabilité des zones côtières du Sénégal à l’érosion, à l’inondation et à l’intrusion d’eau salée. Les régions densément peuplées, les zones économiques et les infrastructures essentielles le long de la côte en subissent les conséquences. Les communautés côtières risquent d’être déplacées et des secteurs cruciaux tels que l’agriculture et la pêche, qui contribuent à près de 70 % du PIB, sont menacés. L’élévation du niveau de la mer met en péril non seulement les moyens de subsistance des populations côtières, mais aussi les écosystèmes environnants. En fait, la Banque mondiale estime le coût de l’érosion à l’échelle nationale à plus de 500 millions de dollars par an. 

L’intrusion d’eau salée, associée à l’évolution des régimes pluviométriques, aggrave la pénurie d’eau au Sénégal. Le pays est confronté à une réduction de la disponibilité de l’eau douce pour l’irrigation, le bétail et l’usage domestique. La salinisation croissante des eaux souterraines du Sénégal affecte non seulement la disponibilité de l’eau potable, mais aussi les mangroves et la pêche.    

La position du Sénégal en bordure du désert du Sahara le rend également vulnérable à la désertification, un phénomène par lequel les écosystèmes des zones arides en bordure des déserts perdent de leur productivité au fil du temps. La désertification est le résultat d’une boucle de rétroaction positive composée de facteurs tels que la dégradation des terres, la diminution des précipitations et l’augmentation des températures. Ce phénomène a des effets dévastateurs sur les écosystèmes naturels ainsi que sur l’agriculture, qui ne peut plus être maintenue sur des terres qui se dégradent rapidement.   

L’agriculture est un secteur vital au Sénégal, employant près d’un quart de la population. Les problèmes dans ce secteur peuvent être dévastateurs pour la sécurité alimentaire de la nation en raison de la réduction de l’approvisionnement alimentaire et de la baisse des revenus des agriculteurs. Les relevés météorologiques couvrant quatre décennies (1965-2008) suggèrent un renforcement des cycles hydrologiques et climatiques, marqué par une augmentation des fortes précipitations sur des périodes plus courtes et une augmentation de la saison sèche, ce qui a un impact sur la production agricole et la sécurité alimentaire.   

 

Unsplash

 

L’insécurité alimentaire constitue une menace sérieuse pour la vie de la population sénégalaise et l’instabilité sociale qui en résulte donne lieu à une série de menaces ultérieures. La construction d’infrastructures clés dans un contexte de famine, qui entraîne une perte de capital humain, ou la fourniture de services d’éducation lorsque les enfants, en particulier les filles et les femmes, sont de plus en plus accablés par des responsabilités ménagères supplémentaires, représentent un défi de taille.   

Outre la désertification, les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses et les inondations deviennent plus fréquents et plus intenses en raison du changement climatique. Bien que l’Arctique soit éloigné, son réchauffement est lié à des événements à des latitudes plus basses, y compris au Sénégal. Le temps est influencé par les schémas de circulation atmosphérique, qui dépendent de la chaleur et des différences de pression autour du globe. Comme l’Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que la moyenne mondiale, ces différentiels sont faussés, ce qui peut entraîner des phénomènes météorologiques extrêmes et hors saison dans le monde entier. 

Le changement climatique, provoqué en partie par l’Arctique, a également des répercussions sur la santé au Sénégal. L’augmentation des températures contribue aux maladies liées à la chaleur, et les changements dans les régimes de précipitations peuvent accroître la transmission de maladies à transmission vectorielle telles que le paludisme, le choléra et la diarrhée. En outre, la fourniture de services de santé est entravée par l’arrêt du développement des infrastructures, la réorientation des ressources vers les secours en cas de catastrophe et les déplacements de population.    

 Conclusion   

 Le Sénégal reconnaît l’importance de la lutte contre le changement climatique et a mis en œuvre des initiatives visant à atténuer ses effets et à s’y adapter. L’une de ces initiatives est la “Grande Muraille Verte“, une collaboration entre les nations africaines pour lutter contre la désertification en plantant des arbres le long de la bordure du désert du Sahara. Par rapport à un sol stérile, une terre couverte d’arbres peut stocker plus d’eau et est moins sujette à l’érosion. En outre, les arbres retirent le carbone de l’atmosphère et l’utilisent pour leur croissance, réduisant ainsi l’effet de serre dans le monde. Ces initiatives innovantes et tournées vers l’avenir répondent à la gravité des menaces climatiques croissantes qui pèsent sur les pays vulnérables au climat tels que le Sénégal. Ce qui se passe dans l’Arctique ne reste pas dans l’Arctique. 

Pour plus d’informations sur la façon dont l’Arctique affecte l’Afrique, veuillez cliquer ICI.

 

SDGS ON THIN ICE: ARCTIC WARMING AND CLIMATE CRISIS IN SENEGAL

by Arctic Basecamp

Introduction 

The impacts of climate change on a climate-vulnerable country like Senegal can be profoundly devastating across various sectors. Agriculture and the service industry, the latter being the primary driver of GDP growth between 2014 and 2018, are leading sectors in the country. These industries are exceptionally sensitive to climate-related impacts, given their vulnerability to extreme weather conditions and climate shocks linked to Arctic melting.  

The World Bank reports that Senegal faces a range of climate change vulnerabilities including drought, locust invasions, flooding and related health epidemics, sea-level rise, coastal erosion and and wildfires. Any one of these environmental disasters could pose a significant threat to the continued economic, social and civic development of Senegal. However, when these environmental changes converge, they present a web of challenges to the well-being and livelihoods of Senegal’s people and their capacity to adapt to a rapidly shifting landscape.    

At a High-Level Meeting on Data for Development in Africa in June 2017, Senegal pledged to embark on a series of ambitious and inclusive initiatives which would push the country closer to the achievement of its Sustainable Development Goals (SDGs). Despite a clear vision for the realisation of a positive future for its citizens, Senegal has faced a broad range of challenges, many linked to climate change impacts. Currently ranking 121 out of 166 on the SDG Index, Senegal is not on track to achieve its SDGs by 2030. SDG 2 (zero hunger), SDG 3 (good health and wellbeing) and SDG 6 (clean water and sanitation) amongst others, still pose major challenges. 

 

Unsplash

 

The Link between Arctic Change and Senegal’s SDG Progress 

 The Arctic, with its expansive ice and snow cover, plays a critical role in regulating the Earth’s climate by reflecting sunlight and helping to maintain the planet’s temperature. However, the accelerated melting in the Arctic is increasing the presence of darker surfaces that absorb more sunlight as heat. This, in turn, contributes to the rise in global average temperatures and has caused the Arctic to warm four times faster than the global average in recent decades. This imbalance in warming disrupts atmospheric circulation patterns, which rely on temperature differences, and can result in extreme temperatures and precipitation events in distant regions, including those affecting food security in Senegal. 

The potential consequences of the Arctic losing its sea ice and snow cover are significant, with the possibility of accelerating global warming by 25-40%. Of the sixteen climate tipping points, nine are situated in the polar regions, with five of them approaching a critical tipping point. While the changes in the Arctic are not the sole cause of climate shifts in Senegal, factors such as increased absorption of solar energy due to melting Arctic ice and the alteration of jet streams due to varying rates of warming have far-reaching impacts on the country’s weather patterns. 

Climate Crisis Amplified by Arctic Melting: A Socioeconomic Risk for Senegal  

Climate disasters in Senegal, including drought, sea-level rise, flooding and wildfires, have primary impacts on the achievement of specific SDGs, however it is also essential to consider how these impacts can have ‘knock-on’ effects on other SDG’s such as SDG 4, Quality Education. Investment within key areas such as infrastructure and the provision of essential services, including health and education, delivery of energy and effective governance, are clear priorities for the SDG agenda. However, without addressing the wider backdrop of climate change impacts and their links to Arctic melting, the escalating variations in weather and environmental disasters will remain significant challenge, potentially undermining much of the work and investments made towards Senegal’s SDG achievement.  

With the capital city of Dakar situated on the Atlantic coast, Senegal is highly vulnerable to the effects of sea level rise, a phenomenon largely driven by melting from Arctic and Antarctic ice sheets. Scientists have confirmed that the melting of the Greenland ice cap will contribute to a minimum sea-level rise of 27 cm, regardless of the measures taken to address climate change.  

 

Unsplash

 

Between 1954 and 2002, Senegal’s coastline retreated by an average of 2.2 metres per year, reaching three metres per year between 2014 and 2018. Rising sea levels increase the vulnerability of Senegal’s coastal areas to erosion, inundation, and saltwater intrusion. Densely populated regions, economic zones, and critical infrastructure along the coast face the consequences. Coastal communities are at risk of displacement, and crucial sectors such as agriculture and fisheries, which contribute to almost 70% of its GDP, are threatened. Sea-level rise not only jeopardizes the local livelihoods of coastal populations, but also the surrounding ecosystems. In fact, the World Bank estimates the nationwide cost of erosion to be more than USD $500 million a year. 

Saltwater intrusion, along with changing rainfall patterns, exacerbates water scarcity in Senegal. The country is facing reduced availability of freshwater for irrigation, livestock, and domestic use. The increased salination of Senegal’s groundwater affects not only the availability of drinking water, but also negatively affects mangroves and fisheries.  

Senegal’s position on the margins of the Sahara Desert means that it is also vulnerable to desertification, a phenomenon by which dryland ecosystems on the fringes of deserts lose productivity over time. Desertification is driven by a positive feedback loop of factors including land degradation, reduced precipitation, and increasing temperatures. This has devastating impacts on natural ecosystems as well as agriculture, which can no longer be sustained on rapidly degrading lands.  

Agriculture is a vital sector in Senegal, employing almost a quarter of the population. Problems in this sector can be devastating for the nation’s food security status because of reduced food supply as well as reduced income for farmers. Meteorological records spanning four decades (1965-2008) suggest a strengthening of hydrological and climate cycles, marked by increased heavy rainfall in shorter periods of time, and a heightened dry season, which impact agricultural production and food security.  

 

Unsplash

 

Food insecurity poses a serious threat to the lives of Senegal’s people, and the resulting social instability gives rise to a series of subsequent threats. The building of key infrastructure within a context of hunger, resulting in a loss of human capital, or delivering education services when children, especially girls and women, are increasingly burdened with additional household responsibilities, is significantly challenging.  

In addition to desertification, extreme weather events like droughts and floods are becoming more frequent and intense due to climate change. While the Arctic may be far away, its warming is linked to such events at lower latitudes, including in Senegal. Weather is influenced by atmospheric circulation patterns, which depend on heat and pressure differentials around the globe. Because the Arctic is warming four times faster than the global average, these differentials are skewed, which can result in extreme and unseasonable weather patterns across the world.   

Climate change, driven in part by the Arctic, also has health implications in Senegal. Increasing temperatures contribute to heat-related illnesses, and changes in rainfall patterns may increase the transmission of vector-borne diseases such as malariacholera, and diarrhea. In addition to this, the delivery of health services is impeded by the halting in infrastructure development, the redirection of resources to disaster relief and population displacement.   

Conclusion  

Senegal recognizes the importance of addressing climate change and has implemented initiatives to mitigate and adapt to its impacts. One such initiative is the ‘Great Green Wall’, a collaboration between African nations to combat desertification by planting trees along the edge of the Sahara Desert. Compared to barren soil, land covered with trees can store more water and is less prone to erosion. As a bonus, the trees remove carbon from the atmosphere and use it to grow, thereby reducing the greenhouse effect around the world. Such innovative and forward-looking initiatives are responsive to the severity of the increasing climate threats to climate vulnerable countries such as Senegal. What happens in the Arctic does not stay in the Arctic.  

 

For more information about how the Arctic affects Africa please click HERE.

ARCTIC RISK INDICATORS

The following gauges show up-to-date data regarding key indicators in the Arctic. These indicators clearly point to the crisis at hand.

Greenland rate of ice loss
13 million l/s
on average
13 million tonnes/s
on average
Arctic Sea Ice Extent
598,749 km²
below 1981-2010 average on 27-May-2024
231,177 mi²
below 1981-2010 average on 27-May-2024
Arctic Amplification
4 times
faster than global average
Arctic 66N+ Wildfire emissions
46.05 megatonnes CO₂e
CO₂e emissions in 2024 so far
Arctic Air Quality (PM2.5)
2.66 microgram per cubic meter
on 28-May-2024
Global mean Sea Level
3.4mm/year
since 1993